Conclusion

      La plupart des gens pensent que lorsque l’on efface une tâche d’encre à l’aide d’un effaceur, celle-ci disparaît, or comme nous l’avons démontré dans nos expériences précédentes, l’encre ne disparaît pas mais devient invisible à l’œil nu. Cette décoloration est due à une réaction d’oxydo-réduction entre deux réactifs : l’effaceur joue le rôle de réducteur et l’encre celui d’oxydant.

      Cependant, ces deux réactifs ne sont pas très écologiques pour notre planète, c’est pourquoi nous avons voulu fabriquer notre propre encre naturelle à base de chou rouge. Cette encre étant naturelle, nous voulions trouver un effaceur naturel spécifique à celle-ci, or les anthocyanes présents dans notre encre réagissent avec le pH et aucun composant capable de la rendre incolore n’a encore été trouvé. En revanche, l’eau de javel rend cette encre jaune très pâle voir transparente, or l’eau de javel à un pH basique ce qui signifie que l’encre devrait devenir verte. Si les anthocyanes présentes dans le chou rouge ne réagissent pas de la même manière, c’est qu’il ce produit une réaction de décoloration, et donc une réaction d’oxydo-réduction similaire à celle produite entre l’encre du commerce et son effaceur.

      Notre encre naturelle s’avère donc plus biodégradable que l’encre vendue dans le commerce et donc plus respectueuse de l’environnement. Cependant, comme tous «jus de légume» celui-ci possède une date de péremption ne permettant une conservation de longue durée. Nous pouvons donc nous demander s’il serait possible d’ajouter un conservateur dans notre encre de chou rouge, afin que les encres naturelles soient utilisées dans quelques années par les lycéens.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site